Universal Stargate : Atlantis, Sg1 RPG


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 P365X -Une mission pas comme les autres- [OS Défi Médailles]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vicente Lucas

¤| Sergent - US Army - SGA-1

¤| Sergent - US Army - SGA-1
avatar

Messages : 14
Activité : 18333
Date d'inscription : 11/02/2010

P365X -Une mission pas comme les autres- [OS Défi Médailles] Empty
MessageSujet: P365X -Une mission pas comme les autres- [OS Défi Médailles]   P365X -Une mission pas comme les autres- [OS Défi Médailles] I_icon_minitimeLun 22 Fév - 22:54

Super ! Encore une mission ! C'est chouette comme notre équipe est célèbre et comme on a besoin de nous quand tout va mal ! Bon, passons, en tous cas, il faut que je me bouge si je ne veux pas me faire réprimander, une fois encore.
Nous étions encore sur Atlantis, mais j'avais reçu un message du SGC, plus précisément, il s'agissait du transmetteur de l'équipe SG-1. C'est étonnant parce que je n'ai eu aucun contact avec cette équipe même si elle est la plus célèbre de toutes les équipes du SGC. A moins que ce message ne provienne de....
Intrigué, je me suis rué sur mon bipeur et voici ce que j'ai reçu :

    Salut ça va ? Juste pour te dire que je suis mutée dans l'équipe SG-1 ! Tu te rends compte !! Je suis dans l'équipe de Daniel Jackson !! La classe ! Enfin...bref...ici tout ce passe bien et je voulais juste avec de tes nouvelles.
    Bises
    Kiara Layla


J'eus un petit sourire. Cette chère Kiara. Je l'ai rencontré dans le SGC avant d'être envoyé sur Atlantis. J'ai le souvenir de l'apprécier comme une amie, voire même comme ma meilleure amie mais j'ignore ce qu'elle en pense.
En tout cas, pendant le temps que j'ai passé au SGC, elle ne m'a que parler d'un certain Daniel Jackson, docteur en archéologie dans la légendaire équipe SG-1. A croire quelle en ai tombé raide dingue mais ce n'est pas mon problème.
D'ailleurs, à force d'être ainsi plongé dans mes pensées, je me fais réprimander à mon tour :

    Kerison : « Alors sergent Lucas ? On est plongé dans ses pensées cette fois encore ?
    Vicente : – Et bien oui...encore une fois....pardonnez moi Major Jackson...
    Kerison : – D'abord sergent, je suis colonel, non major et mon nom n'est pas Jackson mais Kerison ! Voici donc une preuve irréfutable que vous êtes encore plongé dans vos pensées
    Vicente : – Oui....euh...pardonnez moi colonel Kerison...je...je pensais juste au docteur Daniel Jackson....figurez vous qu'une de mes amies....
    Kerison : – Vous pensiez au docteur Daniel Jackson ? Voici une information intéressante sur votre orientation sergent


Non mais c'est pas vrai ! Dites moi que je rêves ! Je suis pourtant certain que c'est un test que le colonel me donne mais je tombe dans le panneau en plus ! Quel idiot ! Je vais pour lui répondre et lui dire que je ne pensais pas au docteur Jackson de cette manière, mais une alerte me tira de mes réflexions.
Nous devions nous rendre sur la planète P365X, qui se situe non loin de la galaxie de Pégase. Notre équipe, SGA-1 est appelée pour une mission de reconnaissance dans les plus brefs délais.
Je range donc mon bippeur dans mon équipement, avant de me préparer, avec le reste de mon équipe, pour passer la « Porte des Etoiles ». évidemment, j'ai une petite rougeur au niveau des joues et, évidemment aussi, le colonel est le premier à m'en faire part :

    Kerison : « Ne craignez rien ! Votre secret est bien gardé sergent !
    Vicente : – Mais il n'y a aucun secret à garder mon colonel ! Il y a juste un regrettable malentendu ! Croyez moi ! »


Je reçois un coup d'épaule, signe que le colonel à compris et qu'il me fais signe de me détendre. D'accord, je peux avouer que j'ai un TRES léger penchant pour les hommes, mais de là à penser au docteur Jackson....
De plus, il est de SG-1 et je suis sur Atlantis donc pour se donner des nouvelles bonjour...autant faut il qu'il ai envie de me donner de ses nouvelles....bref passons à autre chose et concentrons nous sur la planète à visiter.
Nous passâmes donc sans encombres la Porte pour aller sur P365X. Là, nous arrivâmes sans aucun autre comité d'accueil qu'un....cheval ? Je regardais mon colonel. Il avait l'air aussi abasourdi que moi.
D'ailleurs, je me demandais, pensant à voix haute :

    Vicente: « Je me demandes bien ce que ce cheval vient faire ici....à part lui, on dirait que la planète est inhabitée mon colonel
    Kerison : – Je l'ignore mais j'espère simplement que ce n'est pas une mauvaise blague....j'ai peur d'un piège. Lucas ! Essayez de faire quelque chose ! Vous m'aviez dis que vous saviez y faire avec les étalons »


Il ricana et le cheval hennit outré, comme s'il savait lire dans mes pensées. D'ailleurs, il piaffa d'impatience, quand Kerison se mit à rire de sa propre blague, signe qu'elle ne faisait rire que lui.
Je soupirais. Heureusement que les autres membres de l'équipe savaient ce qu'ils faisaient sinon j'aurais sûrement plié bagages immédiatement. Quoi qu'il en soit, je flattais l'encolure du cheval en murmurant à son oreille.
Le cheval sembla me comprendre et alla trouver un homme non loin de là. Celui ci me dis de ne pas tirer, qu'ils n'étaient pas des ennemis. Alors que Kerison fouillait les environs, Tay'jien et moi, puisque c'était son nom, allâmes faire un petit tour là où se trouvait une forêt.
Étrangement, cet endroit me rappela quelque chose et j'en eus la larme à l'oeil. Tay'jien s'en aperçu et me demanda :

    Tay'jien : « Sergent...que vous arrive t il ?
    Vicente : – Ce n'est rien Tay'jien...et appelez moi Vicente s'il vous plait »


L'homme me souris et m'appris que lui et son peuple pouvaient se transformer en animaux selon leurs envies et pour se défendre contre leurs ennemis. Nous nous relevâmes donc ensembles et nous nous serrâmes la main.
C'est à ce moment là qu'une décharge parcouru mon corps, mais je n'avais pas peur. Non, c'est comme si je m'attendais à ce moment, comme s'il devait arriver. J'en avais les larmes aux yeux, j'étais ému.
Étrangement, j'avais l'impression que Tay'jien l'était aussi, comme si nous partagions cette sensation, que je n'arrivais pas à m'expliquer. Soudain, sans que je ne comprenne le pourquoi du comment, Tay'jien se transforma en cheval, sous mes yeux.
Un hennissement de sa part me fit comprendre qu'il voulait que je le monte. Je hochais la tête et nous partîmes, au petit trot, rejoindre le colonel Kerison :

    Vicente : « Colonel Kerison ! Je vous présente Tay'jien, un membre de la Jel'kia
    Kerison : – Tout ce que je vois pour l'instant c'est que vous vous amusez à faire de l'équitation Lucas ! C'est finit cet amusement ?! »


évidemment, le colonel était dur à convaincre mais Tay'jien réussit en se transformant devant lui. Je lui en fus reconnaissant, car il me permettais d'approuver ma cause et de prouver que je ne disais pas n'importe quoi. Après cette preuve, le colonel dis qu'il devait retourner sur Atlantis pour faire son rapport. Il me demanda de rester et de continuer à explorer cette planète.
Par égard pour Tay'jien, je ne le montais plus, me contentant de marcher à ses cotés, alors qu'il allait d'un pas tranquille, le bruit de ses sabots martelant le sol me rappelant de vieux souvenirs de balades à cheval.
Décidément, la planète P365X se révélait être très intéressante au niveau paysage et connaissance, pourtant, je sentais que quelque chose n'allait pas dans le comportement de mon compagnon.
Il m'accompagnais silencieusement certes, mais c'était beaucoup trop silencieux pour moi. Je décidais donc de briser ce silence :

    Vicente : « Tay'jien...j'ai l'impression que quelque chose ne va pas...qu'y a t il ?
    Tay'jien : – Et bien nous avons une vieille tradition qui stipule que chacun doit trouver son destin....
    Vicente : – Et bien c'est une belle tradition mais....pourquoi me semblez vous si...contrarié ?
    Tay'jien : – Et bien je pense avoir trouvé mon destin mais....j'ai bien peur qu'il ne s'agisse de vous sergent Lucas.... »


Je m'arrêtais étonné. Je connaissais rien de cette tradition, mais j'avais l'impression d'y être lié malgré moi. Je devais jouer un rôle dans la vie de Tay'jien et cela semblait être un rôle important.
Il me pris alors la main et se transforma en cheval en un clignement d'oeil, avant de me prendre sur son dos, de hennir en se cabrant et en m'emmenant au plus profond d'une forêt.
Je m'accrochais tant bien que mal à son encolure, lorsqu'il ralenti pour, finalement, s'arrêter totalement. Je descendis donc de son dos, il se transforma en Jel'kia et posa sa tête contre mon torse.
Mon coeur ne battait pas rapidement à ma grande surprise. Il se calmait au contraire et j'étais bien, bien contre lui. Si bien même que je pris moi même l'initiative de l'enlacer pour le rapprocher encore plus de mon corps.
Ma tenue de militaire me gênais et je songeais sérieusement à la retirer, mais j'avais peur de mes réactions, des réactions de Tay'jien et surtout des réactions du colonel Kerison. C'est pour cela que j'hésitais quelques minutes.
Pourtant, je me dis au diable tout ça ! C'est pour cela que je défis ma veste et ma chemise, qui tombèrent par terre, dévoilant ainsi mon torse nu. La remarque de Tay'jien me fit sourire :

    Tay'jien : « C'est un honneur...vous n'êtes pas obligé de faire cela pour moi.... »


Je souris, incapable de dire quelque chose et de faire quoi que ce soit. Sa main frôla alors ma colonne vertébrale et je me renversais à terre, dos contre les feuilles mortes. Seul le bas de ma tenue de militaire me cachais de mon entière nudité mais je n'en avais rien à faire.
D'ailleurs, Tay'jien jouait timidement avec mon pantalon, comme s'il hésitait encore à me l'enlever. Les minutes qui suivirent furent intense en plaisir.
En effet, même dans cette position de quasi nudité, j'arrivais à ressentir la moindre des sensations comme si j'étais entrain de faire l'amour avec quelqu'un. Il était certes, au dessus de moi, mais il ne me faisais rien, se contentant de me frôler, tandis que je retenais tant bien que mal des gémissements de plaisir, qui se transformèrent bientôt en râles.
J'avais le visage en sueur et je reprenais à peine mon souffle, lorsque je sentis une petite boule de poil se blottir contre mon torse. Ému, je me redressais et soulevais le chaton, avant de le poser sur le sol, en face de moi. Soudain, sans savoir pourquoi, je me mis à lui dire, dans sa propre langue :

    Vicente : « Kaj'in n'a k'elt Tay'jien »


Je ne savais absolument pas ce que cela voulait dire, mais j'étais certain qu'il comprendrait. Me lançant un dernier regard, le chaton se transforma en Jel'kia et me donna un dernier baiser, avant de poser une main sur mes yeux.
Il me murmura quelque chose, comme une berceuse et je m'endormis presque aussitôt, me réveillant dans l'infirmerie de la base d'Atlantis. Étonné, je regardais vivement autour de moi, pour voir le docteur Carson Beckett, qui semblait être à mon chevet.
Mon corps se crispa et des larmes commencèrent à affluer de mes yeux, ce qui inquiéta le docteur Beckett :

    Carson : « Sergent Lucas ? Calmez vous. Vous êtes sur Atlantis et je suis le docteur Carson Beckett
    Vicente : – Comment suis je arrivé là ?
    Carson : – Le colonel Kerison vous a ramené de la planète P365X. Vous étiez inconscient »


Je restais donc à l'infirmerie, avec l'impression que quelqu'un me manquait et je finis par m'endormir rapidement
Revenir en haut Aller en bas
 
P365X -Une mission pas comme les autres- [OS Défi Médailles]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un moteur de recherche pas comme les autres !
» Un enterrement pas comme les autres
» L'amour est une arme comme les autres.
» Sherlock Holmes. Un Noël pas comme les autres. Holmes/Watson. Drabble. G.
» 6 HISTOIRES DE FEES PAS COMME LES AUTRES de Christelle Chatel, Elsa Devernois, Claire Renaud et Juliette Vallery

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Universal Stargate : Atlantis, Sg1 RPG  :: Une Nouvelle Ere | RPG Atlantis :: La Galaxie de Pégase-
Sauter vers: